Merrell invente
le barefoot
pour tous !


Tout le monde peut se mettre au minimalisme et y prendre plaisir. La preuve ? Le test de la Merrell Barefoot Road Glove réalisée par un novice en la matière.

La marque américaine Merrell, spécialiste de l’outdoor, a fait du minimalisme, le pilier de sa stratégie commerciale. En plus d’une offre produit qui s’étoffe de jour en jour, la marque, propose à ses clients au travers de son site internet, un véritable accompagnement pour favoriser la transition. Transition encouragée par des modèles faciles d’accès telle la Road Glove, que j’ai décidé de faire tester par Bertrand, débutant minimaliste candide. Son témoignage :

Une chaussure … barefoot

« J’ai, tout de suite, été étonné par la forme des chaussures. En effet, je suis loin d’être un inconditionnel du minimalisme. Pour tout vous dire, je suis même un débutant absolu en la matière. Ces chaussures ont toutes les caractéristiques de la chaussure minimaliste extrême : légères, drop de 0 mm, d’où le terme « barefoot », toebox très large mais aussi un look très agressif qui change des chaussures trop blanches destinées à la route.

Le chausson est très agréable notamment au niveau du talon, il épouse parfaitement le pied. Au niveau de la voûte, il y a un renfort très important qui appuie fortement le dessous du pied, ce qui pourrait s’avérer gênant. Deuxième point un peu négatif : la toebox. J’ai le pied ultra fin, et dans la Road Glove, j’ai l’impression d’avoir plus de 2 cm d’espace par rapport au bord. La chaussure taille assez grand et peut-être qu’avec une demi pointure en moins, j’aurais été plus à mon aise.

Mise en route progressive

N’étant pas imprégné de culture minimaliste, je suis allé sur le site internet de Merrell, où des premières étapes de transition vers le minimalisme sont présentées en vidéo :


Il y a également une application iPhone que je me suis empressé de télécharger. Le principe de cette initiation est très simple : cinq étapes en vidéo pour vous permette de “devenir” un adepte minimaliste.

Un peu de marche pour commencer

J’ai mis les Merrell Road Glove aux pieds pour aller travailler et elles ont fait sensation, tout d’abord parce qu’esthétiquement elles sont plutôt réussies, ensuite, parce qu’on s’y sent vraiment comme un dans chausson. Une fois bien lacées elles ne bougent plus, le renfort d’arche y contribue grandement, mais c’est surtout la légèreté qui prime (et pourtant je cours habituellement avec des adidas adizero Boston, qui ne sont franchement pas lourdes, mais on sent vraiment une différence).

Mode course

J’ai volontairement réservé ces chaussures aux sortie de récupération et à quelques fractionnés, car n’ayant pas encore une foulée naturelle midfoot, les sorties longues auraient été beaucoup trop éprouvantes pour que j’arrive à forcer ma foulée sur l’avant dans la durée.
On est tout de suite projeté sur l’avant. Je n’avais jamais couru avec une chaussure qui m’imposait mon style de foulée mais avec la Merrell, c’est tout le contraire : c’est elle qui dirige ! Mes débuts furent assez rudes, je me suis très vite rendu compte que je n’avais pas du tout une foulée midfoot, mais plutôt une très franche attaque par le talon, mais très vite les bons réglages ont commencé à apparaître.
Lors de ma deuxième sortie, j’ai couru en cherchant consciemment à attaquer avec le milieu du pied. C’est là que j’ai découvert toutes les possibilités de la chaussure : cet espèce d’insert sous la voûte plantaire vous oblige à attaquer très franchement la foulée sur l’avant mais surtout à positionner, en fait, tout votre corps vers l’avant également. Si vous tentez de lutter contre, ce même insert devient tellement gênant, qu’il vous oblige à marcher ou à passer plus sur la pointe des pieds.

Une pure routière

J’ai voulu faire un peu de sentier avec les Road Glove : erreur ! Franchement déconseillé, on est sur une chaussure minimaliste typée route et non trail, la semelle nous le rappelle. Son accroche est parfaite, son quadrillage n’est jamais pris à défaut que ce soit sur route sèche ou mouillée. Par contre, ne vous aventurez pas sur des sentiers présentant des cailloux le moindre relief traversera la semelle ou vous sentirez comme une pointe sur la plante des pieds. A noter qu’après plus de 150 km, aucun défaut n’est apparu sur le chausson et la semelle Vibram ne s’est pas du tout usée.

La reine du fractionné

La Merrell est la compagne idéale pour les fractionnés. Une fois le renfort sous la voûte apprivoisé, je me suis lancé dans plusieurs séances (type 2x5x100m, 2x6x200m, 10x300m …) et c’est là que je me suis rendu compte des possibilités de cette chaussure, elle vous force tellement à attaquer sur l’avant des pieds que votre allure de course est décuplée. C’est la première fois que je fais des séances de fractionnés où mon allure est aussi haute et surtout régulière. On peut quasiment les comparer à des chaussures de piste.

Un bilan positif

Cette découverte accélérée du minimalisme et de la chaussure sans amorti fut franche et sans période de transition même si j’ai commencé par des petites sorties. J’ai vraiment dû forcer ma foulée, ce qui ne m’a pas vraiment procuré du plaisir au début. Mais, une fois cette foulée plus ou moins apprivoisée, j’ai adoré le dynamisme sensationnel de la Road Glove. A vitesse élevée, j’ai eu l’impression de survoler le bitume et je continuerai à utiliser ces chaussures mais uniquement pour mes séances de fractionné. »
Merrell Road Glove
Poids : 203 gr (44)
Prix : 109 €

édité le 12/06/2012 par Pascal Silvestre

comments


Vous avez aimé cet article ? Inscrivez-vous à la newsletter Runners.fr