Chaussures 10km : le Top 5 de Runners.fr (V2)
À LA
UNE
23/07/2014
ultra-marathoniens

Les ultra-marathoniens
de plus en plus précoces

Des chercheurs californiens se sont intéressés aux profils de 1 345 ultra-marathoniens, actuels et anciens pratiquants. Conclusions : l’âge moyen pour le premier ultra est de 36 ans ; le kilométrage moyen d’un coureur de fond s’élève à 3 220 kilomètres à l’année. Mais aussi, les nouveaux ultra-fondus se lancent plus tôt que leurs aïeux au-delà du marathon. 25% des ultra marathoniens actuels interrogés ont débuté la course depuis trois ans ou moins..

Obésité

Obésité :
les Américains
ne sont pas en pole position

Selon un rapport de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le taux d’obésité serait plus élevé en Egypte (34,6%), au Mexique (32,8%) ou encore dans certaines îles du Pacifique qu’aux Etats-Unis (31,8%) ?

Fitsip

L’hydratation
mains libres

Une solution ingénieuse pour s’hydrater en course, sans avoir à trimbaler de bouteille : Fitsip. Ce bracelet est équipé d’une poche avec valve pouvant contenir jusqu’à 200ml l’eau. Ce produit affiché à £23.99, n’est pas encore distribué en France, mais est disponible sur fitsip.com.

Tor-des-Géants-

Courir longtemps,
moins fatiguant ?

Des chercheurs de  l’Institut des Sciences du sport de l’Université de Lausanne ont démontré que le Tor des Géants (330km à boucler en moins de 150h) était moins traumatisant pour l’organisme que l’UTMB, qui, bien que couru sur une distance moitié moins longue (168km à boucler en moins de 46h), engendre davantage de lésions musculaires et de réactions inflammatoires. Ainsi, à mi-course, les coureurs du Tor des géants observés présentaient une force musculaire plus importante de 30 % dans leurs jambes. Les niveaux de deux marqueurs biologiques, servant à estimer la fatigue musculaire (créatine-kinase) et la réponse inflammatoire (protéine C) étaient certes augmentés par rapport à la normale, mais inférieurs à ceux retrouvés chez les finishers de l’UTMB, qui avaient parcouru la même distance. La raison invoquée ? Sur le long, la vitesse prime sur la distance : l’UTMB se court pour les meilleurs à 8,2 km/h, contre 4,3 pour le Tor des géants. Lu sur Futura Science.com

Commandez vite nos produits et avec nous, soyez fier d'être coureur !


Etes-vous prêt à souffrir en courant ?

Difficile – même lorsque l’on envisage la pratique du running sous le seul prisme du plaisir – de ne pas chercher à évaluer sa capacité à pousser un effort. Et donc, d’une certaine manière, à souffrir en courant. Sommes-nous égaux face à la douleur ? Tentatives de réponse…